BALLET DES 9 PROVINCES DU GABON

BALLET DES 9 PROVINCES DU GABON

Sommaire du Séminaire International "Danse, Guérison et le Sacré en Afrique"

Festival International de Danse Africaine

Libreville, Gabon
Séminaire International
« Danse, Guérison et le Sacré en Afrique »

 

Organisé par le Ministère gabonais de la Culture, la Fédération de Danse du Gabon et le Conseil International de la Danse (CID-UNESCO) avec le soutien de l’UNESCO, avec le concours du Laboratoire Universitaire de la Tradition Orale (LUTO) de l’Université Omar Bongo.

 

17 - 19 Janvier 2001

SOMMAIRE

Préface
Dr. Henri Bourbou Bourbou:

Quand le Bwiti associe la danse à la thérapeutique
Dr. Henri Bourbou Bourbou:

Rôle de la danse sacrée dans la thérapie initiatique bwitiste
Mme Francine Yveline Nnoh

1) La transmission de rites et de guérisons
Jean Ondeno Rebieno

Keu-Mi : Danse de possession chez les Akyé
Adepo Yapo:

2) La Pharmacopée et le geste: Danses d’hier et aujourd’hui
Jean Ondeno Rebieno

Rite Vodou de détection du sorcier
Kodjo Sodokin (Benin)

Quels apports de la médecine traditionnelle africaine aux organes nationaux de santé ?
Jérome Mmba Bitome:

Le sens de la danse « Mutuashi » dans le sacré congolais chez le Baluba
Hassan KABEYA

Le geste dans les danses de guérison d’aujourd’hui
Cyrille Meye M'Eyi:

Liste des intervenants

PREFACE

Faisant suite aux recommandations des colloques de Libreville et Paris en 1995 sur la danse africaine « De la tradition orale à la scène », le Conseil International de la Danse en collaboration avec le Comité Gabonais du CID et le Ministère Gabonais de la Culture a organisé un séminaire international sur le thème « Danse, guérison et le sacré en Afrique », qui s’est tenu à Libreville (Gabon) du 17 au 21 janvier 2001, dans le cadre du Festival International de la Danse Africaine. Ce séminaire a eu pour but essentiel de conserver la pratique vivante du savoir et des gestes immémoriaux. Il a ainsi fait l’objet d’une série de communications qui ont mis en évidence l’importance du geste de la danse au cours des soins traditionnels, et ont permis de discerner des aspects particuliers et inédits du geste thérapeutique, notamment l’importance de la création d’une symbiose harmonieuse entre le malade et le guérisseur, condition première à la guérison d’affections physiques et spirituelles.

Depuis de nombreuses années, nous assistons à un retour en force de l’intérêt pour les arts traditionnels. Ce mouvement a puisé une partie de ses forces dans les racines de la vie culturelle des villages ruraux et des agglomérations urbaines, dans la littérature orale, les us et coutumes populaires, la musique, la danse, l’artisanat, les croyances et les rites, les fêtes et carnavals, tout ce qui compose les connaissances traditionnelles en général. Et parmi les arts traditionnels, les danses africaines jouent un rôle privilégié parce qu’elles suggèrent une intense participation et une communication des consciences en exaltant la puissance endormie d’un échange entre le psychisme et les actes.

C’est ainsi que ce séminaire a pu analyser les aspects régénérateurs de la danse africaine dans sa fonction thérapeutique, analyse qui pourrait inviter la société moderne à s’inspirer de la sagesse des médecines de toujours et à comprendre l’être humain dans sa multi-dimensionnalité.

 



02/04/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour