BALLET DES 9 PROVINCES DU GABON

BALLET DES 9 PROVINCES DU GABON

Pour plus d'information sur la recherche en danse au Gabon, consulter les articles ci-joints.

Coordonnées : Ministère de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs - Direction du Théâtre National - BP 1007 Libreville Gabon - Tél. : 241/76.32.23 - 241/07.19.56.68 - Fax (Direction Générale de la Culture) : 241/76.32.53 - Courriel :  gabbalnat@ymail.com 

Textes et organisation  : La troupe permanente du Ballet des 9 provinces est domiciliée à Libreville, BP 1007. Issue de la troupe du Ballet National, actuellement en restructuration, elle est composée des 23 artistes qui y appartenaient et son répertoire est inchangé..

1ère structure : Le spectacle « Mali Samba » de Moïse SWAD et Geneviève ISSEMBE a été présenté en France, Chine, Corée du Sud et Japon de1984 à 1986. A la dissolution du Ballet National, suivie de l'affectation de ses artistes dans la Section Art Dramatique de l'Ecole Nationale d'Art et Manufacture, la reprise des spectacles et tournées internationales était assurée par les Troupes de la Fédération de Danse du Gabon, sous la coordination du Service des Ballets Nationaux.

Transition : Des 1990, l'Atelier Chorégraphique du Théâtre Natonal recrutait des danseurs et danseuses de la fédération de danse du Gabon pour monter des spectacles du patrimoine national, ainsi que pour élaborer des modes d'expressions plus contemporains, en phase avec l'espace scènique.

Pour ce faire, le Ministère de la Culture, la Fédération de Danse et le Conseil International de la Danse auprès de l'UNESCO organisaient en avril 1995 un colloque international sur la danse en Afrique avec pour thème "de la tradition orale à la scène". (Actes du colloque en articles joints)

Les universitaires, chorégraphes et experts invités ont puisé aux sources de la tradition orale afin de dégager une dynamique de création chorégraphique qui permette au danseur africain d'accéder à la place qu'il mérite sur les scènes internationales.

Le Ballet des 9 provinces : Les spectacles de l'Atelier Chorégraphique du Théâtre National aboutissaient sur la formation de l'Ensemble National de Danse et Percussion (2001) puis, sur la reprise du Ballet National en 2008,puis du Ballet des 9provinces en Janvier 2013.

La Troupe est composée d'artistes polyvalents qui interprètent aussi bien les danses de leur province d'origine que celles des autres provinces du Gabon. La danse contemporaine, le hip-hop et les acrobaties font partie des techniques employées.Il sont accompagnés de musiciens traditionnels qui jouent en live et avec des supports enregistrés.

La troupe se produit sous les trois formes suivantes :

Les animations culturelles en live hors scène (hall d'exposition, défilés, places publique…) 

-  Un spectacle à thème intitulé « OYINO ITONDA », d'une durée d'une heure quinze minutes, relatant l'épopée de Ngondé, fille du Dieu Anyambié, et de Nkombé, Homme léopard combattant des chasseurs pour conquérir son âme sœur.  Respect de la Nature et Culture de Paix sont les thèmes sous-jacents de cette histoire sylvestre s'inspirant des mythes et légendes gabonais.

-  Le deuxième ballet intitulé « OKA ! LES DANSES DU GABON », d'une durée d'une heure trente, est une suite de sept danses traditionnelles issues du patrimoine national, dont deux danses de masque.


 

EXTRAITS DE PRESSE

Revue "Gabon Magazine", printemps 2010 


  

"Tradition et modernité. Rites ancestraux et recherche esthétique. Tels sont les concepts parfois antinomiques que le dernier spectacle du Ballet National Gabonais a réussi à concilier, le 6 février dernier au Centre Culturel Français de Libreville. Les artistes –danseurs, chanteurs, acrobates – emmenés par le chorégraphe Sacha Kochanowski Lekouma, ont présenté un spectacle aussi inspiré que techniquement abouti, signant ainsi avec maestria la Renaissance du Ballet National Gabonais...

La musique tient une place de choix dans ce spectacle avec sur les planches le cithariste Pape Nziengui, le joueur de Mvett  Léon Owono Mba, les musiciens traditionnels de balafons, d'arc musical, de tam-tams, de Nkouls, et d'obakas, ainsi qu'avec les chants enregistrés des pygmées Bibayak, Aka et Babinga, les balafons du Woleu-Ntem, et les morceaux de la chorale « Les chants sur la Lowé ».

 

 

 

 "... La danseuse Patricia Ngningone tient le rôle principal dans cette épopée : elle est la belle Ngondé. Celle-ci est mandatée par le Dieu Anyambié pour aller voir d'où vient le vacarme qui l'a réveillé. Elle rencontre Nkombé, l'homme-léopard, incarné par Freddy Obame Mpassy. S'ensuite une danse de défi amoureux, brutalement interrompue par l'irruption de chasseurs aux peintures corporelles et aux lances menaçantes. Les quatre interprètes – Elie Maganga, Jules Poaty, Wenceslas Pendy, Martial Minko Bekale – ont le regard féroce. Leur arme brandie, ils simulent une bataille, avec une fluidité de mouvement et une maîtrise des corps qui captivent l'œil du spectateur. Son Don Juan capturé, la belle Ngondé est au désespoir. Heureusement les hommes-panthères arrivent au secours de leur frère.

           

      

 

Ces acrobates – Mikhaïl Kochanowski Anotho, Franck Nseme Passy, Junior Pambou – arrivent à l'extraire de sa cage, mais… Les chasseurs ne l'entendent pas de cette oreille. La bataille promet d'être sans merci avec d'un côté, alignés sur le côté gauche de la scène, les chasseurs aux muscles saillants et aux sagaies pointues, de l'autre, leur faisant face, les hommes-panthères montrant leurs crocs… Ngondé et ses sœurs  interviennent alors, usant de leurs charmes pour apaiser les ennemis. La belle et son soupirant seront enfin réunis, un « happy end » auquel tous les membres du ballet  participent, en un final réjouissant et jubilatoire...

… Enfin c'est au tour de la « voix » du spectacle, le Citariste Pape Nziengui accompagné par le joueur de Mvett  Léon Owono Mba et  Hugues Mavoungou, à l'Arc musical, jusque là restés au fond, de venir au devant de la scène pour recevoir un hommage mérité du public. Les applaudissements nourris en témoignent : le spectacle a séduit les profanes comme les puristes. "

 

          

 

ACCES DIRECT AUX FILMS : Cliquez sur les liens ci-après

http://www.youtube.com/watch?v=6J6ScV6sMYI

http://www.youtube.com/watch?v=M7X72CCNsfc

Le deuxième ballet intitulé « OKA ! LES DANSES DU GABON », est une suite de sept danses traditionnelles issues du patrimoine national, dont deux danses de masque. Elles sont présentées intégralement en live, conjointement avec la projection sur le fond de scène, d'un film de ces mêmes danses exécutées dans leur milieu naturel...

 

 

**********************************************************

FICHE TECHNIQUE POUR LES 2 SPECTACLES

Décors et scène :

-    Scène : Plateau de 13m x 10m ;

-    Taps de quatre (4) pendrillons de chaque côté de la scène et un rideau de fond noir ;

-    Six (6) panneaux amovibles et démontables de 3,50 x 2m ; 

-    Un podium pour les musiciens placé au centre, fond de scène ( 7m x 2m x 0,75m hauteur), et un promontoir carré de la même hauteur (150cm2) positionné devant ;

-    Un plancher de scène ou un tapis de scène noir.

Lumières :

-          Puissance : 120 KW

-          2 poursuite de 3000 W 

-          12 par 64 de 1000 W

-          6 par 64 sol

-          32 pc 1000 W

-          3 decoupes 614 S 1000 W

-          pupitre de 30 circuits 

                

   

 

 

Sonorisation :

-          En cabine de régie : Console de mixage

-          Amplification pour diffusion façade

      -          Scène : Table de mixage en coulisse reliée à la régie

-          Deux retours de scène vers l'estrade des musiciens

-          Quatre micros d'ambiance

-          Quatre micros sans fil ou cravate

Personnel technique local :

-          Un régisseur de scène adjoint

-          Deux techniciens de scène

-          Une habilleuses ajointe sur scène pour les changements de costumes

Loges d'artistes :

-         Trois grandes loges (danseurs, danseuses, musiciens)

-          Une loge soliste pour le danseur de caractère

-          Une loge soliste pour le coordinateur

    

            

Effectif :

       La troupe du Ballet des 9 provinces est composée de 25 membres de nationalité gabonaise :

      -     7 musiciens (Cithare, Mvett, Balafon, Arc musical, Obaka, tamtams),

-     9 danseurs,  6 danseuses,

-     le régisseur de scène

-     la costumière- maquilleuse

-     le coordinateur

-*-*-*-*- 

Au Gabon, la danse est présente dans les us et coutumes qui rythment les événements quotidiens. Sa transposition sur une scène s'appuie sur la réflexion initiée dans les colloques et séminaires internationaux dont les communications suivent.

 

(Pour les consulter, cliquer sur "Articles" en haut de la page)